S comme savoir-faire

Secrets d'ateliers

Pratiquant un art millénaire, les artisans de l'atelier Puiforcat, de génération en génération, se transmettent un corpus de techniques où la minutie le dispute à l'habileté. Des gestes essentiels qu'ils mettent en œuvre au service de l'orfèvrerie d'excellence.

  • 02
  • 14
Eric Popineau
  • 03
  • 14

La retreinte et le planage

Première étape de la mise en forme d’une pièce, la retreinte permet de créer à partir d’une plaque de métal, et à l’aide de maillets ou de marteaux, des pièces de forme, mêmes les plus allongées ou les plus pansues. L’artisan travaille la matière de l’intérieur vers l’extérieur de la pièce.

Le planage consiste à étirer le métal et à marteler les surfaces à l’aide de maillets d’une grande variété afin de donner forme à des plats et des plateaux, en travaillant la matière de l’extérieur vers l’intérieur. Puiforcat est l’une des dernières maisons à maintenir ce savoir-faire rare. Éric Popineau, le maître planeur de l’atelier, été décoré du titre de chevalier des Arts et des Lettres.

  • 04
  • 14
Mickael Temois
  • 05
  • 14

Le repoussage

Utilisé pour les pièces dites « de forme », le tour à repousser donne leurs allures concaves (creuses) ou convexes  (rondes) à des pièces telles que les timbales, les brocs, les cafetières et les théières. Sur un mandrin – pièce de bois déterminant une forme courbe et tournant horizontalement –, l’artisan repousse une plaque d’argent à l’aide d’un outil dénommé « cuillère » pour profiler le corps de l’objet. Plusieurs passes sont souvent nécessaires pour qu’une pièce prenne le galbe souhaité, entrecoupées d’étapes de « recuits » lors desquelles l’ouvrage est soumis à la flamme pour en assouplir le métal.

  • 06
  • 14
Guillaume Lorieux
  • 07
  • 14

Le travail d’orfèvre

Si le « métier d’orfèvre » consiste à réaliser selon les traditions manuelles des objets en métal précieux, le « travail de l’orfèvre » consiste à effectuer l’habillage d’une pièce. Ainsi, dans le langage des ateliers, est orfèvre celui qui « monte » et termine l’objet en y ajoutant, au moyen de la technique d’assemblage de la brasure notamment, appliques, moulures, graines, becs, charnières ou patins.
 

  • 08
  • 14
Nathalie Adam
  • 09
  • 14

La ciselure

Le ciseleur décore sans ôter de matière en emboutissant le métal à l’aide de petits outils d’acier appelés « ciselets ». Plusieurs techniques sont utilisées : l’artisan peut reproduire le dessin voulu sur la pièce à l’aide d’un calque et l’imprimer ensuite à petits coups portés sur le ciselet, nommé alors « traçoir ». Il peut également repousser vers l’envers un décor qui, sur l’endroit, apparaît alors en relief, ou encore parfaire les surfaces par « ébarbage » et reprise des imperfections au ciselet ou au burin pour en accentuer les creux et les reliefs.

  • 10
  • 14
Dominique Coriton
  • 11
  • 14

La gravure

A l’aide d’une échoppe ou d’un burin et par une infime entaille dans le métal qui en soustrait de minces copeaux, la gravure reproduit en de fines hachures, courbes ou pointillés, un dessin, un chiffre ou des armoiries. De son côté, le « guillochage » couvre la surface du métal de lignes et de motifs géométriques répétitifs, variables à l’infini : du quadrillé à l’étoilé, du vermiculé au grain d’orge.

  • 12
  • 14
Frederic Foulon
  • 13
  • 14

La finition

Une fois mises en forme et décorées, les pièces doivent encore passer par les deux dernières étapes de l’« avivage » et du « polissage » qui suppriment les reliefs et les irrégularités microscopiques du métal et donnent cette finition « poli miroir » qui leur confère un éclat exceptionnel. Ces étapes se font au tour, à l’aide de brosses, de tampons et de flanelles douces, chaque matière se faisant de plus en plus fine et douce au fur et à mesure des passages. L’usage et le temps donneront ensuite une patine bien spécifique à ces objets.

  • 14
  • 14

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et publicitaires, ainsi que pour faciliter le partage d’information sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.